La réduction des coûts : le remède d’Haxoneo contre la crise

Logo La VDN

La réduction des coûts : le remède d’Haxoneo contre la crise

Retrouvez ici l’intégralité de l’article de la Voix du Nord

« Je dis souvent que nous sommes une arme anticrise. » Pas moins. Haxoneo propose aux entreprises d’optimiser leurs achats et de réduire les coûts. « Dans le contexte actuel, les perspectives de croissance sont faibles. Agir sur les coûts permet d’ augmenter le résultat net. Dans l’industrie, par exemple, les achats représentent 60 % des coûts. Faire diminuer les achats de 5 % équivaut à augmenter les ventes de 20 % », explique Nicolas Paquet, co-fondateur de l’entreprise avec Rémy Lefévère.

Les deux associés ont travaillé pendant huit ans dans des cabinets parisiens en tant que consultants. Et l’idée de créer leur propre entreprise a germé il y a déjà quelques temps, même si Haxoneo n’a été créée qu’en octobre 2011. « Dans les grands groupes, des équipes sont dédiées aux achats. Dans les plus petites entreprises, il n’y a pas forcément d’expertise en interne. Et puis c’est difficile pour elles de négocier, de trouver des leviers de réduction des coûts. Enfin, les problématiques d’achat ne sont pas toujours bien prises en compte par les dirigeants qui privilégient les ventes et le commercial pour se développer. »

Gagner la confiance 

Économiser, oui, mais pas à n’importe quel prix, assure Nicolas Paquet. « L’idée, ce n’est pas de dégrader la qualité, les services ou les délais de livraison… D’ailleurs, au-delà des réductions de coûts, nous travaillons sur des achats responsables. Par exemple, si nous travaillons avec les entreprises d’une zone industrielle, nous groupons les achats, nous obtenons de meilleurs prix, nous faisons gagner du temps aux sociétés et le fournisseur livre les entreprises voisines en une seule tournée. Tout le monde y gagne. » Pas simple pourtant de convaincre les chefs d’entreprise. « Beaucoup pensent qu’ils ont toujours agi seuls et qu’ils vont continuer ainsi. Ou ils aiment le contact direct avec les fournisseurs, ils aiment avoir la main. Nous devons instaurer une certaine confiance. » Cinq personnes travaillent aujourd’hui pour Haxoneo. Un chiffre qui pourrait doubler d’ici à la fin de l’année, « Nous tablons sur 150 à 200 clients fin 2012 et 500 fin 2013. »

Partager cette publication